Voyage en Afrique de l’Est

Par Roro
dimanche 11 septembre 2016
popularité : 8%

Bonsoir à tous !

Un congé sabbatique en poche, une EFI flambant neuve entre les cuisses, me voila parti pour une balade en Afrique de l’est.

L’itinéraire n’est pas vraiment préparé, mais je vais essayer de rejoindre la Namibie après avoir longé la côte est du continent.

Le voyage débute en Éthiopie. Trouver un transitaire pour le fret aérien n’a pas été facile et je n’ai pas eu le luxe de faire jouer la concurrence.

Je remercie mon concessionnaire à Angers qui m’a donné une caisse "made in India" et mon papa qui m’a aidé à transporter la moto et construire la caisse à Charles de Gaulle.

Après quelques heures de formalités administratives à la douane d’Addis Abeba et d’une bonne heure pour remonter la moto avec l’aide de nombreux éthiopiens, quel plaisir de sortir de l’aéroport à moto !

Le GPS me guide directement à l’hôtel !

J’ai pris la direction du nord ouest de l’Éthiopie afin de réaliser une petite boucle avant de prendre la direction du Sud, histoire de vérifier que tout est OK pour la moto et l’équipement.

Les paysages à la sortie d’Addis Abeba sont superbes et la traversée du canyon du Nile bleu est impressionnante.

La route est de très bonne qualité ! Il y a peu de circulation, mais énormément de piétons aux abords de la route.
Difficile de rester seul plus de 3 minutes !!

Aujourd’hui la journée à été un peu plus difficile, forte pluie et temps froid (2500 mètres d’altitude) et la seule station service approvisionnée à proximité était en panne jusqu’en début d’après midi retardant significativement mon départ.

RAS du coté mécanique, demain vidange des milles, et je croise les doigts pour la suite. ;)

Voila un petit aperçu de mes trois premiers jours, n’hésitez pas à commenter, questionner, critiquer, papoter et me conseiller des lieux à visiter pour ceux qui connaissent !

à bientôt !


Salut à tous !

Internet est vraiment partout !

POur mon itinéraire j’envisage : Ethiopie-Kenya-Tanzanie-Malawi-Mozambique-Zimbabwe-Namibie-Afrique du sud

Vue de la terrasse du restaurant de l’hôtel pour le petit déjeuner :

j’ai mis le cap sur le nord du lac Tana (plus grand lac d’Éthiopie) et planté ma tente dans un camping au bord du lac. c’est un lieu de rendez-vous bien connu des voyageurs motorisés traversant cette partie de l’Afrique, mais pas de bol, j’étais le seul client, et le camping se trouvant à 60 km de la ville la plus proche, je ne suis pas resté plus d’’une nuit !

Pour le moment, j’ai eu de la chance, les routes sont superbes et ça nous arrange la moto et moi !

Une petite zone de route en construction mais rien de bien méchant.

Aujourd’hui, visite de la ville de Gondar et de son château du 17ème siècle ! Un parc plutôt sympa, pour se reposer de l’agitation de la ville.

J’ai testé le "shelka tips", de la viande frite servie dans un pot en argile sur des charbons. Pas mal !

La vidange des "1000" n’a pas posé de problème ! Sauf que j’avais oublié de prendre les clefs de 19 et de 8 :mouais : :mouais :
mais j’ai pu en acheter dans les petites boutiques de la ville.

Demain cap à l’est pour une longue journée de route !

Bon WE à tous !


Bonjour à tous,

Merci pour tous vos messages qui me font très plaisir !
Je suis obligé de continuer !! ;) ;)

Ces derniers jours ont été autant agréables que pénibles.

Agréable parce que rouler à moto sur ces petites routes entourées par les magnifiques paysages de montagne, c’est un vrai bonheur.

Mais on m’avait prévenu, ce n’est pas facile de rouler en Éthiopie.
Ce n’est ni la qualité de la route ni le comportement des automobilistes, qui pose problème.
Mais c’est le harcèlement permanent par les jeunes éthiopiens qui devient très très fatigant.

Les premiers jours ont été vraiment cool, j’avais le droit aux "You,You,You,You" ou "Farangi, Farangi" (qui veut dire l’étranger) des centaines de fois par jours, mais toujours accompagnés de sourires, si bien que je ne croyais pas à ce que j’avais pu lire sur internet.

Mais me rapprochant des grands axes et du site le plus visité du pays : Lalibela (des eglises carrément taillées dans le sol rocheux, le symbole du pays, en gros le taj mahal pour l’inde, la tour eiffel pour la France...) ; les enfants (quasiment tous) hurlent "pen, pen, pen", "money, money, money" et lancent des cailloux sur mon passage... et ça dure toute la journée....

Pas facile de rester enthousiaste et de se détendre...

Bref me voila revenu à Addis Abeba après une grande boucle de 2000 km dans le nord du pays.

Prochaine étape le sud du pays puis la frontière avec le Kenya !

Voici l’un des garnements !

Le paysage montagneux du nord du pays.

En fait Addis Abeba est située en altitude à 2200m.

Un lac au bord duquel j’aurais bien campé mais c’était samedi soir et noir de monde avec musique à fond, pas très reposant ! Dommage !

Le conducteur de ce camion de bières avait-il trop bu ?

Quel gachis......

Je me suis décidé à brancher ma caméra sur le casque, bon y encore quelques réglages de cadrage à faire mais ça vous permettra de voir "par mes yeux".

Premiers dromadaires !

Allez une dernière pour la route ;)


Salut à tous !

L’Éthiopie c’est presque fini !
je dis presque, parce que ce soir je dors à Moyale la ville frontière avec le Kenya.

Après un bref passage dans la capitale, j’ai mis le cap vers le sud en suivant la vallée du grand rift éthiopien.
Cette route se dirige droit vers le Kenya et longe des grands lacs.
Paradis des ornithologues !
moi j’y connais pas grand chose en oiseaux ! mais il y en avait de toutes les couleurs et celui la qui lorgnait sur mon petit déjeuner n’avait pas l’air très commode !

Le spot de camping était super, au bord du lac, à une centaine de kilomètre d’Addis Abeba, et j’étais vraiment seul au monde !

La journée suivante fut longue et difficile. 400 kilomètres !! sacré routière la Bullet ! enfin 8 bonnes heures quand même !
une certaine tension entre les gamins sur le bord de la route et moi, et pour finir 50 derniers kilomètres de pistes... c’était pas prévu et après une grosse journée, chaque bosse, trou, caillou est difficilement supportable !

Mais le soir, à l’hôtel, j’ai rencontré un petit groupe de voyageurs.

Une chinoise et un australien qui voyageaient sur des Honda 250 depuis l’Afrique du Sud et un couple de hollandais dans un 4x4 Toyota depuis l’Afrique du sud également. ils s’étaient tous rencontrés quelques jours auparavant au Kenya et avaient décidé de finir la route ensemble !

Soirée très sympa !

Aujourd’hui, 300 bornes, dont 100 km de piste !

L’épreuve du feu pour la Bullet !
et bien ça s’est très bien passé !

Hormis une crevaison (la valve s’est complètement déchirée) et une soudure de mon porte bagage qui a recasés (déjà réparé en Inde),

Les paysages étaient superbes ! un peu plus arides que dans le nord et de moins en moins vallonnés.

Et après 100 km de piste : un bitume parfait quasiment en ligne droite sur 200 kilomètres vers le Kenya !

Demain, passage au Kenya et vidange des 3000 !

Bonne soirée à tous et à la votre !


Salut à tous !

Je profite d’une excellente connexion ce soir pour vous dire que je suis bien arrivé au Kenya !

Le passage de la frontière à Moyale s’est fait facilement et rapidement dans la matinée.
J’ai pu obtenir le East african visa qui me permettra de passer par l’’Ouganda et le Rwanda dans quelques semaines.

Changement radical de décors avec la découverte du désert de Chalbi au nord du pays !

C’est censé être la partie la plus à risque du parcours du fait d’attaques de bandits venant de l’est dans le passé.
mais l’armée semble avoir repris le contrôle de cet axe majeur qui conduit à Nairobi et les dernières attaques remontent à plusieurs mois/années ?

Toujours est-il que j’ai été autorisé à partir sans escorte ni convoi et que je n’ai croisé personne, ni bandit, ni soldat !
Par contre des dromadaires en pagaille, des singes et même des autruches !

J’ai fait réparer mon porte bagages !

250 de route au bitume quasi neuf pour arriver dans un petit camping dans la savane.

Ciel étoilé magnifique et WIFI fantastique pour le seul client ce soir ;)


Salut à tous !

Déjà 9 ans depuis mon premier voyage à moto en Inde ! J’y suis retourné, avec des motos de locations, parce-que je suis complètement tombé amoureux du Ladakh, mais ce premier voyage avec ma bullet reste une expérience inoubliable.
Et l’expérience acquise il y a 9 ans, reste encore très très utile tous les jours en Afrique.

Je suis bien arrivé à Nairobi. Je n’ai pas trainé, mais j’en ai pris plein les yeux !

Une incroyable traversée du désert de 500 km après la frontière éthiopienne,

puis la traversée du parc du mont Kenya (malheureusement caché dans les nuages),

pour finir par le passage de la ligne de l’équateur et l’environnement beaucoup plus tropical autour de Nairobi !

Je vais me reposer un peu ici au "Jungle Junction".
Ce camping tenu par un allemand est un lieu incontournable pour les voyageurs "motorisés".
De nombreux véhicules sont parqués là (moto, 4x4, bus et même un Hummer aménagé pour le camping), attendant leurs propriétaires retournés au travail j’imagine !

Ici on peut se restaurer, dormir, entretenir son véhicule, mais surtout échanger avec les voyageurs qui viennent du nord ou du sud de l’Afrique !

La moto ne laisse personne indifférente, mais vous connaissez tous ça ;)
Mais les kényans connaissent bien Royal Enfield. Ils en ont vu beaucoup dans les Bollywood :D :D :D

Les 3 sud africains qui voyagent en 1200GS ont tous voulu l’essayer. Je crois qu’ils sont un peu jaloux de cette petite moto et de mon chargement très très léger !

Merci beaucoup +++ pour tous vos messages :)


Salut à tous !

J’explore en ce moment la partie nord ouest du Kenya.
Des collines, des forets, de l’altitude et pas mal d’animaux sauvages !
Je serais bien monté plus au nord au bord du grand lac Turkana, mais la route très mal entretenue est réputée penible ... Et puis ça fait une bonne trotte et avec presque 5000km parcourus, les nuits peu reposantes sous la tente et la route tous les jours je commence à fatiguer un peu !

En parlant de nuit pas reposante, être réveillé par deux hippopotames qui broutent à 5 mètres de la tente, ça fout les jetons !

Le veilleur de nuit avait du s’endormir et les laisser s’approcher.
Faut dire aussi que je n’étais pas obligé de mettre ma tente si prêt de l’eau, des hippopotames et des crocodiles ;)

Sinon j’ai croisé les premiers zèbres sur le bord de la route ! Ça change du bétail ;)

Les singes sont comme en Inde, très très voleurs !

C’est beaucoup plus agréable de rouler ici. Très détente !

Aujourd’hui c’est repos, demain cap vers un petit lac habité par des centaines de flamants roses !


Oui j’avais cette notion que les hippopotames pouvaient être très dangereux ! Mais que voulez-vous......

Rassurez vous ce soir je campe (dans un camping) au bord d’un lac protégé par des barrières électriques !
Alors je profite sans danger de la vue et m’endors bercé par les mugissements des hippopotames !

Bon WE à tous !


Alors tiens, si je reprenais mon histoire !

Après ma folle nuit avec les hippopotames, j’ai voulu mettre le cap au nord vers le lac Turkana à cheval entre l’Éthiopie et le Kenya.
Il parait qu’il est super beau ! Mais, très difficile d’accès. les trous dans le bitume, les passages de piste et la fatigue m’ont convaincu de faire demi tour

Il faut que je vous dise aussi, que je rentre en France à la fin de la semaine, pour des examens et puis je file travailler à Mayotte 1 mois.
Et je suis un peu en avance sur mon itinéraire prévisionnel. je pensais mettre plus de temps à descendre vers le Kenya.

J’ai donc un peu de marge et le temps de lézarder dans les campings au bord des lacs !

Comme mes freins arrières sont déjà morts (5900 km) - je dois avoir le pieds trop lourd - et mes pièces neuves en France (je n’avais pas parié sur ça si tôt), je ne suis pas très motivé pour rouler plus.

Le nord ouest du Kenya est très différent du nord désertique après la frontière éthiopienne.
Il s’agit d’un paysage montagneux à plus de 2000 m d’altitude, très cultivé.

Ici on cultive le thé (très bon) et le café (destiné à l’export, les kenyans n’ont pas vraiment la culture du café comme en Ethiopie).

Je ne vous parlerai pas de gastronomie. Mes repas sont très simples : poulet frites, saucisses frites et pizzas....

Ce qui est fantastique ici, c’est la proximité avec la faune ! et pas besoin de rentrer dans les parcs, les animaux sont partout !
alors il faut parfois sortir un peu des sentiers battus et tester les capacités de la Royal à rouler dans le sable mais ça en vaut la peine !

Et tout ça sans rentrer dans les parcs !

la preuve :


Bonsoir à tous !

Et bien je pense que la première partie de mon voyage touche à sa fin !
6000 km parcourus depuis l’Ethiopie.
Pas de problème majeur avec la moto.

Me revoilà à Nairobi où je vais laisser la moto un mois avant de prendre l’avion jeudi.

Avant de quitter le pays, il fallait que je passe voir le mont Kilimandjaro !

C’est chose faite ! Ca n’a pas été facile compte tenu des conditions météorologiques du moment (beaucoup de nuages et un peu de pluie), mais il fallait se lever avec le soleil pour avoir une chance de l’observer !

Pour l’observer, j’ai pris la direction de la frontière Tanzanienne au sud est, en empruntant la "Mombasa road", l’un des principaux axes du pays, mais seulement 1x1 voies et très dangereuse (les chauffeurs de bus sont bien allumés...) , sur 100 km.

Puis j’ai bifurqué sur une route secondaire parfaitement bitumée traversant la savane et des territoires Massaï pendant 150km.
Superbe route et superbes paysages !

Je ne posterai qu’une photo de ces deux derniers jours, mais qui les résume très bien !

J’espère tous vous retrouver vers la fin du mois de juillet pour la suite du voyage !


Salut à tous ! Jambo !

Les retrouvailles ont été bonne aujourd’hui au Kenya surtout avec tous les cadeaux rapportés pour la Bullet !

Vidange, nouveaux freins et bichonnage !

J’ai pris quelques provisions dans le petit marché à côté du camping

et dégusté une petite frite

demain je prends la route vers l’ouest et l’Ouganda !

bonne soirée à tous !


Salut à tous !

Après une longue journée de route (420km) au départ de Nairobi, j’ai atteint la ville de Kitale au nord ouest du Kenya et dernière ville avant l’un des postes frontières.
La route n’était vraiment pas intéressante mais le Kenya est plein de surprises (quel pays magnifique !) et après un petit détour, j’ai pu rouler le long d’un lac avec flamants roses et pélicans !

Super moment de détente !

C’est toujours une mauvaise idée de béquiller sur du sable !

Hier j’ai passé la frontière et suis entré en Ouganda. Le passage de frontière est toujours un grand moment au cours d’un voyage. Souvent (ce n’était pour une fois pas le cas) les formalités administratives sont longues et pénibles, et puis d’un seul coup tout change. Le paysage, la langue, l’architecture, l’attitude et le physique des gens changent.

l’Ouganda m’a fait une très bonne première impression. Beaucoup de sympathie à mon égard le long de la route, cultures de bananes et de mais verdoyantes, forets de sapins, petites montagne avec de magnifiques cascades et pistes de terre rouge.

Je ne peux pas vous mettre plus de photos, la CONNEXION est très compliquée !

J’ai un soucis mécanique. La roue arrière semble voilée. La piste a été un peu difficile hier mais sans plus, ni gros choc. Pas de signe de choc sur la jante. Les rayons semblent tendus. Il n’y a pas de jeux au niveau de la roue, j’ai vérifié l’alignement et tout démonté pour changer la chambre arrière crevée... Tout semble en bon état. Je ne comprends pas...


Le voyage continue !

déjà une semaine passée en Ouganda, et quelle semaine !
Pas de bitume, pas d’électricité et des conditions de voyage très sommaires en évitant au maximum les axes principaux.
Le passage de la frontière a été très simple. Quelques coups de tampons et puis l’ouverture de la petite porte qui permet de traverser la rivière Suam qui marque à cet endroit la frontière entre le Kenya et l’Ouganda.

Dans le bain, direct, avec une piste de terre rouge serpentant entre les plantations de bananes et de café dans les collines.

J’ai planté ma tente dans un superbe camping à flanc de falaise avec une vue complètement dégagée sur la savane !

Parfait endroit pour réparer une crevaison (au passage merci à mon concessionnaire de m’avoir fourni une chambre 18’ pour mes roues en 19’, j’aurais dû vérifier, heureusement j’en ai d’autres !).

J’y ai rencontré Adam un jeune britannique qui voyage d’Afrique du sud au Kenya avec une petite 125 chinoise avec l’objectif de réaliser du basejump !
Je l’ai accompagné en haut de la chute d’eau. Vraiment très impressionnant ! Superbe saut, atterrissage moins réussit dans les buissons ;)


La connexion internet ce soir permet de vous en montrer un peu plus !

J’ai décidé de passer un peu plus de temps en Ouganda plutôt que de traverser le pays par la route la plus directe possible

Après cette halte aux chutes de "Sipi falls", cap au nord en longeant la frontière kényane.

Pas de tarmac dans ce coin ! une partie un peu spéciale du pays, territoire des Karamonjong. cette région est recommandée par le Lonely Planet pour les "vrais aventuriers", du fait des routes vraiment difficiles et des conditions politiques locales parfois compliquées.

Cette tribu d’éleveurs est en effet lourdement armée ! et les attaques de véhicules étaient fréquentes par le passé.

Heureusement, rien de tout ça ! j’ai été très bien accueilli sur la route et dans la petite ville où j’ai passé la nuit dans un hôtel.
Les paysages sont splendides et probablement les plus beaux depuis le début de mon voyage.

Cette longue piste m’a conduit au parc de Kitepo tout au nord est de l’Ouganda.
Les motos sont autorisées à rouler plus ou moins librement (c’était complétement librement ici) dans les parcs du pays, moyennant évidemment quelques frais.

Mais ça en valait vraiment la peine. Animaux en pagaille et paysages fantastiques.

J’ai pu bivouaquer au sommet d’un monticule avec une vue panoramique sur le parc. Lieu privilégié par certains lions, ils ne se sont (malheureusement ?) pas montrés...

pourtant les attirer de cette façon avec les restes de leur diner, j’y croyais++

Après ces deux jours passés au nord, cap à l’extrémité ouest vers le parc Murchisson !
Croiser des éléphants sur les pistes hors des parcs est assez spectaculaire. Celui ci, n’a pas montré d’animosité et a simplement continué son chemin...

La route a été assez éprouvante pour le pilote mais aussi pour la moto et le porte bagage qui a cassé pour la deuxième fois ! :)
Mais ce soudeur a été très sympa !

Le parc de Murchisson était sympa bien que moins spectaculaire que le précédent.
Pour y entrer on traverse le Nil à bord d’un ferry

et puis on se balade en profitant de la faune locale !

Au centre du parc, la cascade Murchisson qui se jette dans le Nil

pour les locaux c’est la plus puissante d’Afrique ! A voir !

J’ai aussi essuyé ma pluie grosse pluie et sur la terre s’est très rapidement transformée en boue collante et surtout très glissante !

Mais ce qui me tracasse le plus à ce moment, c’est l’état de ma chaine et de la couronne arrière.
La chaine se détend très très rapidement, malgré des contrôles quotidiens et ça a complétement bouffé la couronne.

J’ai donc pris la direction de la capitale afin de trouver la meilleure solution pour régler ça !

En route vers la capitale, j’ai campé dans une réserve de rhinocéros et celui ci a décidé que l’herbe dans l’enclos du camping était meilleure que le reste du parc ;) oui bon j’aurais du respecter les consignes et laisser la porte fermée, mais... c’est pas tous les jours qu’on peut approcher si près de ces animaux !

Concernant cette couronne, après avoir réfléchi sur l’envoi depuis l’Europe ou l’Afrique du sud), j’ai envisagé un AR en Afrique du sud, mais pas de réponse des différents concessionnaires ni de royal Enfield South Africa (sympa...)
Finalement, un motard de Tanzanie rencontré sur les réseaux sociaux qui roule en Royal Enfield m’a parlé d’un contact au Kenya à Nairobi.

J’ai donc pris un vol pour Nairobi et c’est du Kenya dont je vous parle ce soir.
Je croise les doigts pour qu’il ait du stock. J’irai demain. Je suis pas certain de mon coup mais bon...

Voila !


Besoin d’un conseil en urgence !!!!

J’ai trouvé une couronne arrière chez RE Kenya, mais le magasin n,est pas encore vraiment ouvert ni fonctionnel et ils ne trouvent pas les roulements et joints dans leurs stocks....

Est ce que ces pièces sont facilement démontables sur mon tambour usé ???

Je reprends l’avion dans quelques heures et ne peux pas attendre plus longtemps dans la boutique...

Merci+++


Et bien ! Quelle journée !!

Merci à ceux qui m’ont soutenu en direct et pour tous vos encouragements
pari réussi ! Ca n’a pas été la décision facile à prendre mais ça en valait la peine !

Le renseignement reçu sur un hypothétique concept store était exact !

Il s’agit d’une toute nouvelle boutique au cœur du quartier mécanique de Nairobi, ouvert il y a peine 3 semaines ! Pas de devanture, juste une baie vitrée recouverte de poussières laissant apparaître des silhouettes RE.

Quel bonheur ça a été d’entrer là dedans !

Pour le moment, à part quelques motos (les modèles indiens, carburateurs et compagnie, pas l’Himalayan) il n’y a pas grand chose. tout est encore sous paquet
Mais l’équipe a été tout à fait accueillante !

Le stock de pièces détachées n’était même pas encore déballé et le mécano a été un peu retissant lorsque son boss lui a dit "no way, you must find the spare, he is stuck in Uganda !"

A l’aide des planches de Hitchckock, j’ai trouvé les numéros des pièces et on a farfouillé dans la caverne d’Ali Baba !

Juste le temps de trouver la couronne, un roulement, un nouveau filtre à air et des rayons, il était déjà temps de rejoindre l’aéroport.

Bon le boss semblait un peu débuter en Royal Enfield ;) mais le mécano revenait de Madras et semblait bien au point !

Ce soir la moto est bien remontée et tout semble en place.
Le test est concluant et je suis prêt à reprendre la route dès demain l’esprit serein et sans avoir vraiment perdu de temps !

Il s’agit donc du 4ème concept store africain (fort lien entre le Kenya et l’inde, beaucoup de véhicules indiens ici).
Le premier est en Afrique du sud (mais toujours pas de réponse de leur part concernant ma demande de pièces, pas cool), un au Mozambique, un en Angola (oui vous lisez bien, mais en faillite) et ce tout nouveau à Nairobi.

Merci à toute l’équipe Royal Enfield Kenya !


J’ai repris la route, de Kampala vers l’ouest. Une journée de route (autoroute si je puis dire), pas bien intéressante mais plutôt agréable avec une moto fraichement rénovée ;)

Après 350km ce petit lac dans un cratère de volcan était parfait pour camper et le petit village à côté très sympathique.

Le lendemain, suivant les conseils d’un voyageur croisé en Ethiopie, j’ai pris la direction du sud, empruntant uniquement des pistes

qui m’ont permis de traverser (gratuitement) le parc national Queen Elisabeth et de croiser quelques éléphants et ces étranges animaux

La route sillonne ensuite vers le Rwanda dans les collines

pour finir près des forêts habitées par les gorilles et les chimpanzés dans lesquelles des treks sont organisés (700$).
Je suis arrivé un peu tard et j’ai pu traversé l’une de ces forets sans rien payer.
très belles forêts de bambous. Je n’ai pas croisé de gorilles, seulement des gros babouins pas vraiment farouches !

et puis patatras, après cette longue et difficile journée, après avoir refusé de payer un camping beaucoup trop cher par rapport au reste du pays, j’ai continué ma route et la chute, sur cette piste très glissante.
Heureusement, j’ai tapé la tête sur une motte de terre "souple", mais je me suis vraiment vu au fond du ravin.
enfin, rien de cassé ni pour moi ni pour la moto

et j’ai trouvé refuge dans ce beau camping au bord d’un autre lac.

C’aurait du être l’endroit parfait pour se reposer, mais non ! camping plein à craquer par des tours opérateurs et des groupes très bruyants.

J’ai pris la fuite rapidement le lendemain matin et ai pu traverser la frontière avec le Rwanda en début d’après midi, après m’être fait taxer de 20$ pour une pseudo taxe (officielle) d’entretien des routes.

En faisant remarquer à l’officier, l’état de mes vêtements et celui de la moto, je lui ai demandé si cet argent servait vraiment à l’entretien des routes, et si ce n’était pas encore une taxe à touristes... il a commencé à me parler de colonisation etc, etc... j’ai lâché l’affaire.

Je suis donc bien arrivé en Rwanda et me repose au bord du lac Kivu. Pas encore d’idée sur la suite de mon itinéraire.

Bon début de semaine à tous !


Quelques nouvelles après cette longue semaine sans internet !

Quelle semaine éprouvante ! j’ai beaucoup beaucoup roulé dans des conditions pas faciles et je vous écris ce soir de Zambie !

Retour donc au Rwanda au bord du lac Kivu où il est agréable de se détendre au bord de l’eau ou sur une pirogue et observer les pécheurs au loin

j’avais envie de passer la frontière en RDC pour randonner dans un parc de volcans actifs juste quelques km après la frontière mais je n’ai pu obtenir le visa à la frontière. Direction donc Kampala pour essayer de l’obtenir.
Kampala, est une petite capitale, très propre, avec des petits buildings étincelants dans le centre. ça été très agréable de m’y balader à la recherche des ambassades.
Malheureusement je n’ai pu obtenir ni visa pour la RDC ni pour le Burundi. Je ne suis donc pas resté très longtemps dans ce petit pays, qui m’a fait très bonne impression et j’ai pris la direction de la Tanzanie.

grand poste frontière conjoint entre le Rwanda et la Tanzanie. Tout est bien rodé. Ils partagent les bureaux d’immigration et de douanes et on gagne beaucoup de temps.
Toujours les mêmes "money changer" qui vous sautent dessus à peine la moto à l’arrêt... ils peuvent toujours courir avec leurs taux hallucinants !

Et puis l’entrée en Tanzanie ! j’ai décidé de traverser le plus rapidement possible le pays et de privilégier d’autres destinations. Je compte donc longer la frontière ouest jusqu’en Zambie. Environ 1000 km de pistes...

Je rencontre Gerharld, un sud africain qui monte vers le Kenya, faire un break. IL me met en garde, la route est très difficile. lui n’a pourtant fait que 300km sur les 1000 qui séparent de la frontière et a opté pour l’option du bateau qui traverse le lac Tanganyika de la Zambie jusqu’en Tanzanie.

Mais il n’y a qu’un départ par semaine, le prochain est dans 6 jours !

Je pensais faire ça en 3 jours. Il m’en faudra 6. Du sable, de la tôle ondulée, des gravats et de la poussière.

Pas mal de chutes à l’arrêt, en mouvement.... elle est lourde la moto quand même
heureusement rien de cassé !

La route n’est franchement pas intéressante. C’est une sorte de foret calcinée (ils brulent tout dans le coin) et désertique ! franchement la galère. Les animaux rencontrés sont souvent morts depuis pas mal de temps !

Heureusement, la route est ponctuée par des campings magnifiques au bord Tanganyika, comme celui ci au nord, tenu par un couple de norvégiens retraités. L’eau du lac est douce, chaude et sans danger pour la baignade.

La vue sur le lac est superbe.

Il y a même des zèbres sur le domaine pas très farouches qui s’invitent au petit déjeuner norvégien gracieusement offert par les propriétaires !

les singes m’ont donné beaucoup de fil à retordre !

Et puis c’est reparti pour du sable, de la tôle ondulée, des trous, des gravats et des chutes....

on met plus de temps que prévu sur ces pistes et on se laisse facilement rattraper par le soleil.


Après ces longues heures de pistes, j’ai retrouvé un lodge au sud du lac Tanganyika où je peux camper et profiter un peu du "luxe".

ça change des omelettes aux frites quotidiennes !

J’ai fait ressouder mon porte bagage pour la quatrième fois... ça commence à être pénible, il va falloir le redresser et le renforcer une fois le voyage terminé !

J’ai passé deux jours à me reposer, nettoyer tout le sable incrusté partout dans la moto.

La dernière journée en Tanzanie s’est bien passée. Le passage en Zambie a été très spécial ! Petite frontière secondaire déserte. Pas un douanier à l’horizon, mais ils m’ont vu passer dans le village précédent et me rejoignent tranquillement.

Côté Zambie, personne. Il me faudra rouler 60 km vers la première ville pour trouver le bureau d’immigration avant qu’il ferme à 17 heures.

Je me rapproche de la berge ouest du lac Tanganyika, toujours le même depuis 1 semaine. Et après un sentier difficile j’arrive juste à temps pour profiter du coucher de soleil, bien surveillé par une dizaine d’enfants.

Le lendemain matin, réveil très matinal, la grand mère étale des petits poissons juste à côté de ma tente pour les faire sécher et les petites filles font la lessive dans le lac, sans discrétion...

Dernière photo devant le lac Tanganyika !

Je reprends la route à destination d’une belle cascade. La route est longue, d’autant plus que j’ai oublié de faire le plein le matin, qu’il est plus difficile ici de trouver de l’essence et que je dois faire un détour de 150 km pour rejoindre une station (le GPS est vraiment pratique pour ça).

Les 100 derniers kilomètres sont probablement les plus difficiles de mon voyage.
Je vous disais qu’ils brulent tout !

J’avance très lentement, inhale des kilos de poussière et me fais rapidement rattraper par la nuit. Quel enfer !

J’arrive en pleine nuit dans le parc et plante ma tente à quelques mètres de l’eau éclairé par le clair de lune. De la, au sommet des chutes, le spectacle de nuit est superbe. Mais c’est au petit matin que je découvre l’ampleur des chutes !

Super moment passé là !


Galères, galères...
Il fallait bien que ça arrive !

A bonne allure, coup de frein, roue arrière qui se bloque complètement, et le boulon de retenu du tambour arrière (aucune idée si on peux appeler ça comme ça), s’est brisé en deux. J’ai eu très peur, mais j’ai réussi à contrôler la glissade.
Ça a déformé la branche inférieure de l’extrémité du bras oscillant !!!

J’ai tout démonté, et vérifier qu’il n’y a pas d’autres dégâts.
Mais je suis obligé de rouler sans frein arrière maintenant...

Et ça y est la couronne arrière est nase de chez nase...

J’ai bien vérifie tous les jours la mesure avec un mètre autour de 2,5 cm (je n’avais pas notion que la chaine pouvait être trop détendue)
Pourtant je roule sur du dur depuis pas mal de km maintenant.

Bref un peu la galère. Et ça m’aurait simplifié les choses si j’avais pu passer au Mozambique puisqu’il y a un concessionnaire la bas, mais l’immigration n’a pas pu l’imprimer de visa...
Je fais donc marche arrière.

Un ami doit me rejoindre en Namibie peut être pourra t-il m’apporter des pièces. Mais c’est à 2500 km minimum !

Affaire à suivre.

Photo des dégâts !


Alors je reprends mon histoire, après les premières journées agréables en Zambie, j’ai pris la direction du Malawi. En Zambie, les distances entre les villes sont très grandes et la conduite à 80km/heure et assez ennuyante. Heureusement les paysages sont variés, riches en Baobab !

C’est un moment particulier pour le pays, les élections présidentielles. Les candidats distribuent des « cadeaux » à leurs images (casquettes, drapeaux, vêtements pour les femmes, pulls…).

Il aura fallu 4 ou 5 jours pour que le résultat définitif soit annoncé !

Après plusieurs jours « d’autoroute », j’arrive à la frontière du Malawi. Comme toujours, harcèlement des agents de change, des assurances…

Je me suis un peu entêté à exiger un visa « transit » puisque il était sensé être moins cher que le touristique et je ne comptais pas passer plus de 3-4 jours dans le pays, mais l’agent d’immigration tenait absolument à ce que je prenne le visa le plus cher (75 dollars). Après de longues discussion, il accepte de me donner un visa de transit de 2 jours ! pour 50 dollars… tout ça pour ça…

En colère contre l’agent et contre moi-même j’entre au Malawi, il est déjà tard et je termine ma route à 100km de la frontière à la capitale Lilongwe, de nuit.
Le lendemain je pars assez tôt pour faire étape au bord du lac Malawi.

Le Malawi est beaucoup plus pauvre, beaucoup de mouvements sur le bords des routes, très peu de véhicules personnels, des gens couchés à plat ventre dans l’herbe regardent les véhicules, beaucoup de mini bus plein à craquer. L’état des routes est parfait. La route est superbe vers le lac, rapidement je traverse un relief aride avec de beaux panoramas.

Première panne : la bougie, sur cette très belle route !

Pause frites/salade dans ce petit restaurant ! on trouve partout des restaurants de frites !

J’arrive au lac tôt, change mon pneu arrière avec l’aide d’un retraité allemand qui voyage dans son land cruiser équipé camping car, et profite du coucher de soleil sur le lac.


J’ai pris du retard, voilà la suite !

Deuxième jour au Malawi et casse du frein arrière. La journée commence mal.

Je me dirige doucement vers la frontière avec le Mozambique au sud. Sur la route je rencontre Gwe, une sud-coréenne qui fait le tour du monde avec une 125 Honda, elle voyage vers le Kenya.

A la frontière, il n’y a pas d’électricité, donc pas moyen d’imprimer le visa. Peut être que l’électricité va revenir, alors j’attends. Il fait nuit, toujours pas d’électricité. Je décide de retourner au Malawi, mais j’ai un visa,expiré, de 2 jours seulement…

Le retour au Malawi ne se passe pas très bien. L’agent d’immigration me fait remarquer (à la différence de son collègue plus tôt, que mon visa de deux jours est expiré puisque j’ai passé en réalité 2 nuits et 3 jours), alors je m’agace un peu, j’ai l’impression qu’ils veulent de l’argent. Le ton monte, la fatigue et l’agacement n’aidant rien. Finalement, ils annulent ma sortie et prolonge gratuitement le visa de 7 jours. Ouf !

Le lendemain à la première heure, je retourne à la frontière du Mozambique. Il y a de l’électricité, mais pas le chef qui est le seul autorisé à délivrer les visas pour les étrangers. J’hallucine. L’agent encaisse beaucoup de bakchich, mais refuse le mien…

Je retourne au Malawi. Je ne passerai pas par le Mozambique, et décide de poursuivre au Botswana sans passer par le Zimbabwe, l’état de la moto étant trop « précaire »….
Il me faudra plusieurs jours pour rejoindre la capitale de Zambie.

Je fais un écart d’une centaine de km pour camper au bord du lac Kariba, plus grand lac artificiel d’Afrique. Je campe sur la plage et rencontre un couple de sud africains très sympas qui voyagent en Land Rover dans le sud du continent.

Tranquillement mais surement, je roule jusqu’à Livingstone à proximité des chutes Victoria.
A part une crevaison sur la route, la moto roule toujours sans frein arrière et avec une couronne arrière à l’agonie.

Les chutes Victoria sont a sec côté Zambien… Quel dommage… frustré, je décide de ne pas m’y attarder et passe au Botswana.


Et si je vous racontais le Botswana ?

Passage de la frontière entre la Zambie et le Botswana en traversant la rivière Zambezi !

de l’autre côté, côté Botswana, le changement est spectaculaire ! pas ou peu de bruits, ni de foule. Personne qui me court après pour me vendre une carte SIM, une assurance, changer de l’argent. Tout est très aseptisé !

les premiers contacts avec la douane se passent bien ! Les gens sont très sympathiques. après des formalités douanières très rapides, je prends la direction de la ville de KAsane, la plus proche de la frontière.
Je croise beaucoup de blancs dans des pick up 4x4 de location avec roof tent repliées sur le toit !

Difficile de trouver un camping, tout est plein !

Finalement à distance de la ville, je m’installe dans un camping très confortable sur le bord de la rivière. Tous les emplacements sont dotés d’une douche, WC et kitchenette ! C’est le luxe, pour 12 dollars !

J’ai décidé de prendre mon temps au Botswana !

Le lendemain, premier safari depuis le début du voyage ! à l’arrière d’un land cruiser.

beaucoup moins cher que dans les autres pays traversés ! 30 dollars pour 4 heures entrée du parc comprise !

Quel spectacle dans le Chobe River Parc

"fish eagle"

Premiers lions !!

après un après midi repos, je profite du safari "river cruise sunset" !

vraiment de bons moments passés au nord du Botswana !

Seul point négatif, il y a beaucoup beaucoup de visiteurs, et j’imagine que l’impact sur la faune et la flore est désastreux...
Un jour c’était bien, je ne ferais pas ça tous les jours !


Dans mon camping de luxe, j’ai sympathisé avec mes voisins. un groupe de 4 couples de sud africains retraités, qui voyagent une fois par an dans les pays voisins ! un grand convoi : 3 pick up avec caravanes "4x4" et 1 camion Mercedes camping car 4x4 !
4 couples vraiment sympas ! ils m’ont invité pour le diner (pot au feu) et pour le petit déjeuner. L’un d’eux, Mr Le Roux est très connu dans le coin, il possède des vignes (origine France pas loin de Vendôme), et m’a donné son adresse pour une visite du domaine en Afrique du Sud !

Après un bon petit déjeuner, je quitte le camping et prends la direction du Sud ! Environ 300 km jusqu’au prochain camping.
une longue route sur laquelle on aimerait pouvoir dépasser les 80-90km/h.

Je passe un contrôle vétérinaire, où l’on me demande, de me frotter les chaussures dans une bassine et où les roues de la moto sont nettoyées (antiseptique ? pas facile de savoir ce qu’ils me font vraiment !)

Quelques éléphants croisés ! Le braconnage et la chasse sont interdits. La population d’éléphants est la plus importante d’Afrique.

J’arrive à l’elephant sand camping, après un petit chemin de sable très difficile !
Le camping est construit autour d’un point d’eau, où les éléphants ont l’habitude de venir.

Je profite du spectacle jusqu’à la tombée de la nuit.

Le lendemain matin, voila ce que je trouve à 4m de la tente :


Ensuite j’ai pris la direction de l’ouest et de la Namibie.

Les paysages traversés sont désertiques. si on s’enfonce dans le desert, on trouve des déserts de sels un peu comme en Amérique du Sud, mais les sentiers pour les rejoindre sont beaucoup trop difficiles pour la Royal Enfield.

J’ai roulé jusqu’à Maun, une ville pas loin de la Namibie et proche de l’Okavango delta.

Je me suis payé un vol d’une heure en Cesna, partagé avec des italiens ! Vraiment super, même si c’est la saison sèche. difficile de prendre les animaux d’en haut avec de la vitesse. Mais j’en ai vu pas mal : troupeaux d’éléphants, girafes, zèbres...

ça valait vraiment le coup !

LE soir, je rencontre (enfin) Megan et Matthew, 2 sud-africains qui voyagent avec 2 Bmw F800GS depuis 2 ans d’abord en Amérique du Sud puis du Nord et enfin en Afrique depuis l’Ethiopie. Nous avons beaucoup échangé par mails depuis mon départ, et grâce à eux, j’ai pu trouver des campings vraiment très sympas !

http://www.greatamericantrek.com/

J’étais très content de finalement les retrouver ! ils voyagent vraiment tranquillement, 100-200 km par jours pas plus, et beaucoup de jours off.


A suivre...



Commentaires