La chanson de la bullet

mercredi 20 mars 2019
par  limobull
popularité : 2%

Y’a longtemps, au début où j’avais ma fonte et redécouvert les joies de la mécanique à l’ancienne, j’avais écris ces quelques couplets qui me semblent toujours d’actualité

A chanter sur l’air de « Je n’suis pas bien portant » du regretté Gaston Ouvrard (1890 – 1981)
Nota : le dernier couplet est tiré de la chanson originale.

Afin de partir en ballade
J’ai acheté une moto,
Et pour n’être jamais en rade
Je suis devenu mécano.
Quand le vendeur m’a demandé :
Mais qu’est-c’que vous en attendez ?

Tout aussitôt j’lui répondis

Qu’elle soit fiable et durable
Facile à démarrer
Mais aussi confortable
Pour de longues virées
Mais l’moteur, voyez-vous
J’veux qu’il soit, avant tout
Beau comme une cathédrale
Mais faut pas qu’il s’emballe
Un gros mono cylindre
Et bien sûr quatre temps
Pour partir(re) dans l’Indre
Et passer du bon temps.

Ah mon Dieu qu’c’est épatant d’avoir une Royale
Ah mon Dieu qu’c’est épatant c’est bon pour le moral.

Mais dès les premiers kilomètres
J’ai bien vu que c’était casse-cou
D’espérer devenir le maître
De la mécanique à Vichnou
Il m’a bien fallu composer
Pour être prêt à tout oser.

Et là, en cherchant bien, on trouve quelques défauts

J’ai les chaînes qui s’déchaînent
Le carbu qu’a trop bu
La culasse qui s’encrasse
Les soupapes qui se râpent
Et la bielle bien trop frêle
Le cylindre qu’est à craindre
Le piston qu’est pas rond
Et le phare y’en a marre
A chaque fois que j’l’allume
Y’a les ampoules qui fument
Les boulons sont trop longs
Il’y a le pas métrique
Ça c’est plutôt pratique
Mais aussi l’impérial
Et ça c’est moins banal.

Ah mon Dieu qu’c’est épatant d’avoir une Royale
Ah mon Dieu qu’c’est épatant c’est bon pour le moral.

Cette machine de caractère
Aurait de quoi vous rendre fou
Mais rien ne sert d’être sévère
Il suffit d’y aller tout doux.
Baladez-vous le nez au vent
Et des moustiques pleins les dents.

Mais n’oubliez jamais que…

Y’a la selle qu’est ficelle
L’embiellage qu’est volage
Le klaxon qui frissonne
Les manettes c’est l’casse tête
L’réservoir en passoire
Et les freins tout ou rien
La batterie qui s’tarit
Y’a la boîte qui s’déboite
Et la fourche plutôt louche
Le guidon qu’est tout rond
Y’a toujours des perfides
Pour trouver les Enfield
Moins bonnes que les Ural
Et ça c’est pas normal.

Ah mon Dieu qu’c’est épatant d’avoir une Royale
Ah mon Dieu qu’c’est épatant c’est bon pour le moral.

Cette merveille technologique
N’est pas faite pour les rachitiques,
Les fesses bien posées sur la selle
Elle vous emmène au septième ciel.
Mais si vous tirez la poignée
Elle vous secoue comme un prunier

Et alors là, c’est le pilote qui se déglingue !

J’ai les hanches qui s’démanchent
L’épigastre qui s’encastre
L’abdomen qui s’démène
J’ai l’thorax qui s’désaxe
La poitrine qui s’débine
Les épaules qui se frôlent
J’ai l’sternum qui s’dégomme,
Le sacrum c’est tout comme
Et l’coccyx qui s’dévisse
J’ai les cuisses qui s’raidissent
Les guiboles qui flageolent
J’ai les ch’villes qui s’tortillent,
Les rotules qui ondulent
Les tibias, raplapla,
L’occiput qui chahute,
J’ai les coudes qui s’dessoudent
J’ai le nez tout bouché
J’suis gêné pour parler
C’est vexant, car maint’nant
J’suis forcé d’m’arrêter

(variante au final)
Ah mon Dieu qu’c’est épatant d’avoir une Royale
Ah mon Dieu qu’c’est épatant c’est bon pour le moral.

La démarrer reste un mystère
Quand on n’est pas quinquagénaire
Bien debout sur le kick starter
A s’en faire pêter les artères
Et quand l’moteur enfin résonne,
C’est tout l’voisinage qui bougonne.

C’est là qu’vous vous faites remarquer…

D’la fumée plein l’garage
Et de l’huile sur l’carrelage
Les voisins en pétard
Vous menacent du regard
Mais au fond de leurs yeux
Vous voyez des envieux.
Juste un p’tit coup de gaz
Epater tous ces nazes
Décoller l’embrayage
Et sortir de la cage
En première c’est pépère
Les jurons sont sévères
Y’a leurs carreaux qui vibrent
En Royal on est libres.

Ah mon Dieu qu’c’est épatant d’avoir une Royal
Ah mon Dieu qu’c’est épatant ça vaut bien une Ural

À tous les amoureux de la Bullet qui consomment sans modération…


Commentaires