[ Partie cycle  >> ] [ Démontage roue avant ] [ Démontage Roue arrière ] [ Remontage roue arriere ] [ Frein arrière ] [ Fourche pliée !! ] [ Problème avec frein arrière ] [ Incroyable roue arrière ]

Pour la suite du chapitre click sur les liens ci-dessus

Manuel d'atelier Bullets 350 et 500 jusqu'à ce jour>>>>>>>>> 

Ajouter aux favoris        haut de la page      Plan du Site

 Merci à Paul qui, tout au long de ces pages, nous fait part de ses réparations, de ses trucs et astuces. Il roule en 5OO Bullet standard modèle 2000 ) 

 

 Paul m'envoie ce petit mot

Il est intéressant car sa mésaventure peut tous nous arriver....

En tous cas, chapeau pour la réparation...

 

 

- Mésaventure en BULLET 500, ou l’exemple à ne pas suivre -

 

Vendredi 22 Juillet, à 8 jours des vacances et plein de projets de bonnes ballades estivales à venir durant les 3 semaines de congés…Je peaufine les derniers réglages et décide d'aller m'acheter une bougie de rechange.

Machine sur béquille dans mon garage, procédure habituelle de démarrage à froid et… la bête refuse de partir au kick. Qu'a cela ne tienne, me dis-je, je vais la démarrer « à la poussette », comme je l’ai déjà fait des dizaines de fois. Je sors donc la machine et me prépare à pousser.

 

Petit récap pour les néophytes qui seraient un jour confrontés au problème :

-        1°) Ouvrir l'essence (ça parait bête, mais…)

-        2°) Tourner la clé de contact (bête aussi)

-        3°) Enclencher la 2ième

-        4°) Ouvrir le circuit d'allumage

-        5°) Commencer à pousser en débrayant et en décompressant de la main gauche, en tournant légèrement la poignée de la main droite, tout en gardant 2 doigts sur le levier de frein avant. Relâcher l'embrayage, puis le dé-compresseur et continuer de pousser jusqu'à ce que le moteur tousse et démarre enfin.

Tout se joue à ce moment là, où en une fraction de seconde il faut débrayer, donner des gaz et freiner, tout en grimpant sur la machine pour remettre au point mort.

 

 

 

 

 

Certes, la manoeuvre est hardie, mais elle reste maîtrisable, sauf que ce jour là ce fût pour moi un fiasco complet.

Alors que je m'attendais à pousser une bonne dizaine de mètres, le moteur est parti tout de suite sans crier gare, avec trop de gaz et une accélération diabolique qui m’a fait lâcher prise de la main gauche. Impossible alors de reprendre le contrôle d’une seule main en courant de plus en plus vite à côté de la machine emballée.

La moto a continué toute seule sa trajectoire aléatoire et je l’ai vue heurter un arbre qui se trouvait là pour la stopper et la coucher à terre (heureusement sur de l’herbe), meurtrie et moi décomposé et livide. Ma grande contrariété étant de n’avoir pas un seul instant pensé à couper l'allumage d’un simple coup de pouce à main droite !

 

  

 

 

 

 

Ajouter aux favoris        haut de la page      Plan du Site

  

 

 

Adieu ballades estivales devant l'épave fumante que je ramène en poussant jusqu’au garage.

Là, constat : Bras de fourche droit faussé, tringlerie de garde boue cassée, garde boue tordu, phare cassé ainsi que les 2 cerclages (cf photos)

Les grandes manoeuvres commencent dès le lendemain matin avec le démontage de l'avant et l'extraction de la jambe de fourche malade.

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La flèche est de 5 à 6mm au point fort au milieu du « main tube ». A première vue cela me semble redressable à froid, aussi je contacte les carrossiers alentours.

Aucun ne veut se lancer dans pareille opération et ils me disent que c’est impossible à réaliser.

Contrariété devant aussi peu de professionnalisme de la part de gens ayant tout le matériel voulu.

C’est alors que je décide de me lancer dans l'opération par moi-même.

 

  

 

 

 

 

Tandis que je commande un phare complet, des tringles de garde boue et quelques bricoles,

je vais m’occuper de la fourche « en temps masqué » en attendant mes pièces.

 

Je suis menuisier à mes heures de loisirs, aussi je me confectionne un banc de redressage en chêne et installe le tout sur une table de toupie en fonte pour garantir la bonne rectitude. Je me fais un comparateur

 pour déterminer précisément le point maxi de la flèche et je prends les serre-joints

les plus costauds que je possède pour les utiliser comme vérins (cf photos).

Commence alors une longue opération où j’apprends à connaître ce que c’est que

l’élasticité du métal, et la façon progressive avec laquelle il réagit.

 

   Ajouter aux favoris        haut de la page      Plan du Site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De fois en fois j’imprime une force de pression plus grande, jusqu'à générer une flexion élastique inverse, et progressivement mon comparateur révèle une correction encourageante.

Tout mon problème réside dans le fait que je n’ai pas de dynamomètre me permettant de contrôler les variations d'effort entre deux pressions successives.

 

  

  

 

C’est donc au jugé et à toutes petites doses que j'opère.

Il m’aura fallu 22 pressions de plus en plus fortes et précises pour parvenir

à redresser cette fourche avec une approche à 2/10e de mm. Je n’ai pas voulu tenter

le diable en essayant de faire mieux, me disant que la BULLET saurai se satisfaire (et moi aussi)

de cette approche presque parfaite.

Entre temps j’ai reçu mes pièces, ce qui me permet de remonter la fourche,

mais pas le phare car celui-ci n’est pas le bon modèle.

 

Ajouter aux favoris        haut de la page      Plan du Site

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je mettrais pratiquement 2 mois à résoudre complètement le problème du phare, doublé d’un autre problème à la roue arrière où je casse les rayons les uns après les autres (problème résolu grâce à la compétence et à la gentillesse de Jean de Trophy Moto).

En tout, 3 mois d'immobilisation, mais au bout du compte une machine en pleine forme avec une tenue de route aussi bonne qu’avant (le meilleur test étant le lâcher de guidon en descente pour savoir si elle tire d’un côté).

 

Depuis j’ai fait environ 300 kms sur tous types de routes et je n’ai décelé aucun défaut de tenue de route, d’amortissement, de guidonnage ou de freinage.

C’est donc une successfull story qui montre bien qu’avec ce genre de motocyclette on peut se lancer dans des travaux importants malgré l’avis contraire des professionnels…

  

Un détail quand même : je n’ose plus démarrer à la poussette.

Un doute m'envahit soudain : deviendrais-je trop vieux pour ce genre de sport ?

 

Paul

  

Note du webmaster : Mais non paul, mais non tu n'es pas trop vieux. J'ai non seulement une bullet, mais aussi un vespa px, un vieux, refait avec amour... repeint et tout et tout. Un jour j'ai kické par malheur avec la première engagée...

Même mésaventure, le moteur démarre, le vespa part tout seul, s'enquille dans une voiture... Pas de casse, mais la belle peinture neuve fut à refaire... J'enrage encore...

 

 

 

  

M'écrire :  royalenfieldlesite@wanadoo.fr                      

    Ajouter aux favoris        haut de la page      Plan du Site

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons 

Pour la suite du chapitre click sur les liens ci-dessous

[ Partie cycle  >> ] [ Démontage roue avant ] [ Démontage Roue arrière ] [ Remontage roue arriere ] [ Frein arrière ] [ Fourche pliée !! ] [ Problème avec frein arrière ] [ Incroyable roue arrière ]
Copyright © Royal Enfield Le Site - http://www.royalenfieldlesite.com - Courriels : Royalenfieldlesite@wanadoo.fr